Le mystère de la culture namibienne à travers ses peuples

Le voyage en Namibie permet aux touristes de découvrir une incroyable quantité de différentes cultures. Cette diversité vient sans doute de son histoire ainsi que de ses innombrables communautés formées de quelque 1,8 million de personnes avec seulement 2,1 personnes par kilomètre carré. Pour se communiquer, ces gens utilisent le Bantoue, en particulier les peuples Ovambo et la population Herero. Outre ces deux ethnies, il y a aussi le Khoisan, composé principalement de Bushmen, la plus importante tribu en Afrique. Quant aux minorités culturelles, les aventuriers peuvent faire connaissance avec les Blancs, les Damara, sans oublier les personnes de sang mêlé appelées Coloured. Dans cette contrée africaine, il est primordial de respecter les us et coutumes des locaux qui habitent sur la zone à visiter.

Partir à la rencontre du peuple San

Descendants directs des hommes de l’âge de pierre, le peuple San est le symbole vivant des habitants autochtones de l’Afrique australe et orientale. Ces gens utilisent encore les flèches en pierre. En effet, le peuple San est le grand héritier de la majeure partie de l’art préhistorique namibien. Au cours d’un séjour en Namibie, les voyageurs auront l’opportunité de rencontrer cette tribu. Les Sans se déplacent toujours en petit groupe et font leur possible pour préserver leurs territoires ancestraux à l’abri du monde moderne. Les grottes constituent leur principal refuge, mais certains d’entre eux habitent également sous les surplombs rocheux à proximité des sources d’eau. Expulsés de leurs terrains de chasse, les Sans ont trouvé leur terre de prédilection dans le nord du désert de Kalahari. Ici, ils peuvent pratiquer en toute liberté leurs cultures et leurs croyances. Cependant, leur coutume est sur le point de disparaître progressivement à travers ce territoire africain. Toute au long de cette expédition, les routards auront sans doute l’opportunité de croiser d’autres peuples tels que les Damaras, les Ovambos ou encore les Namas. Ces derniers sont des pasteurs et ont une grande ressemblance au peuple San.

Les Hereros, un peuple d’exception

Le peuple Herero s’est révolté contre les colonialistes en 1904. Durant ce conflit, certains d’entre eux ont été massacrés et abattus sous les tirs ennemis, alors que d’autres ont péri en s’enfuyant en direction du désert de Kalahari. À cette époque, presque tous les points d’eau ont fait l’objet d’un empoisonnement. Malgré cela, la tradition des Hereros a visiblement marqué la culture en Namibie. Par exemple, les femmes de cette tribu sont facilement reconnaissables, car elles portent des robes descendant jusqu’aux chevilles avec des hauts cou, des corsages serrés ainsi que d’impressionnantes longues manches. Ce style vestimentaire, devenu une tendance locale, est inspiré de la mode européenne de l’époque victorienne et est accompagné d’une coiffe de tissu en forme de cornes qui doivent symboliser le bétail. À l’évidence, les Hereros sont des éleveurs et le bétail reste le centre de leur préoccupation. Cependant, ils abattent leurs bovins uniquement lors d’une cérémonie, mais ils ménagent leur bétail pour les générations futures.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *